La Vouivre

Je vis un conte de fée
Enfin, une belle histoire
Le problème c’est que la fée
Ne doit pas le savoir

Ça déclencherait l’alarme
Dedans sa tour d’ivoire
Abolirait le charme
Changerait le rêve en cauchemar

Ce n’est qu’un petit récit
Qu’on raconte aux enfants
Mais du fond de mon lit
J’y pense en m’endormant

Maintenant je suis grand
Je ne suce plus mon pouce
Et je dors en rêvant
À sa peau de rousse

Refrain

La fille aux cheveux de cuivre
M’a soudain fait revivre
Elle a fait fondre le givre
Comme la bonne fée des livres

La fille aux cheveux de cuivre
Me donne envie de la suivre
Elle a le regard de la vouivre
Un simple coup d’œil m’enivre

Je ne suis pas Galaad
Je ne suis pas Perceval
Ça m’rend pas trop malade
De ne pas trouver le Graal

J’ai eu des coups durs
Et j’ai été salaud
Cocu comme Arthur
Et amant comme Lancelot

Elle est belle comme Guenièvre
Attirante comme Morgane
J’suis prisonnier de ses lèvres
Comme Merlin de Viviane

J’en fais une saga
J’en rajoute un peu
Mais j’adore passer mes doigts
Dans ses cheveux de feu

Refrain

J’étais le petit poucet
Qui a perdu ses cailloux
Errant dans la forêt
Effrayé par le loup

Maintenant je n’ai plus peur
Grâce à ma Cendrillon
C’est moi le prédateur
Prends garde joli chaperon


Elle est un peu Blanche-Neige
Changée en méchante reine
Quand je la prends au piège
Et qu’elle se déchaîne

Hansel et Gretel
Aimaient le pain d’épice
Moi mon rayon de miel
Se cache entre ses cuisses

Refrain

Jadis une gorgone
M’avait pétrifié le cœur
Les flèches  de cette amazone
I ont remis de la chaleur

Contrairement à Atlas
Je ne porte plus le poids du monde
Et je me délasse
Même quand Odin gronde

Zeus et Jupiter
Et Icare sont les mêmes
On ne touche plus terre
Aussitôt qu’on aime
Je peux finir comme Achi-
Le à la guerre de Troyes
Car j’ai une Walkyrie
Pour le Walhalla

Refrain

Ce n’est qu’une petite romance
Un songe d’une nuit d’été
Une ballade de plaisance
Pas une Odyssée

Pas Pénélope et Ulysse
Ni Roméo et Juliette
Ni son étang et Narcisse
Ni Marius et Cosette

Ce n’est qu’un doux poème
Dont la seule prétention
Et de dire je t’aime
Enfin j’ai l’impression

Et nous verrons bien
Si de sa tour d’ivoire
La femme qui me fait du bien
Veut continuer l’histoire

Si la femme aux cheveux de cuivre
A envie de poursuivre…

J-L Overney, le 16 Août 2006